Rencontre avec Caroline, Conseillère en nutrition, spécialisée dans l’alimentation des futures et jeunes mamans

L’alimentation et la nutrition, c’est l’un des sujets-clés de la grossesse. Rencontre avec Caroline Zanger, une conseillère en nutrition, spécialisée dans l’alimentation des futures et jeunes mamans.   Caroline, comment en êtes-vous venue à travailler dans la diététique ? Caroline Zanger : D’abord, je voulais vous remercier pour votre invitation, je suis ravie de répondre à...

L’alimentation et la nutrition, c’est l’un des sujets-clés de la grossesse. Rencontre avec Caroline Zanger, une conseillère en nutrition, spécialisée dans l’alimentation des futures et jeunes mamans.

 

Caroline, comment en êtes-vous venue à travailler dans la diététique ?

Caroline Zanger : D’abord, je voulais vous remercier pour votre invitation, je suis ravie de répondre à vos questions ! J’ai 32 ans, je suis maman de deux jeunes enfants et après une première carrière dans la politique, j’ai décidé de reprendre des études pour devenir conseillère en nutrition.

C’est lors de ma première grossesse que j’ai pris conscience de l’importance de manger sainement, d’abord pour la santé de mon bébé, puis pour la mienne et enfin pour notre environnement. En devenant maman, cette prise de conscience s’est affirmée.

Avec mes enfants j’ai redécouvert les choses simples de la vie qui petit à petit ont changé, et changent encore, ma manière de vivre au quotidien, y compris ma manière de manger et de consommer. Et lorsque le désir de changer de profession est venu, me tourner vers la nutrition des mamans s’est naturellement imposé !

 

Qu’est ce qui vous intéresse dans la diététique et l’alimentation ?

Nous mangeons tous les jours ! Nous cuisinons, nous faisons les courses, nous donnons à manger à nos enfants, bref, l’alimentation prend une place énorme dans notre quotidien. Si elle est source de frustration ou de culpabilité pour l’esprit, de fatigue et de nuisance pour le corps, c’est bien triste non ?

Ce qui m’intéresse dans mon métier c’est ça, aider les mamans à adopter une alimentation à la fois saine et gourmande, qui respecte leurs désirs, leur appétit, leur corps, leur santé et celle de leur famille, notre environnement. Je suis persuadée que cela donne une nouvelle énergie, un bien-être au quotidien, peu importe la motivation initiale de chacune. Et la nutrition des mamans est particulière parce qu’il y a ce devoir presque instinctif de donner ce qu’il y a de mieux à nos enfants et en même temps ce désir de se réaliser en tant que femme, d’être bien dans sa tête, bien dans son corps. Ces deux aspirations s’opposent parfois alors qu’elles devraient aller de pair pour un épanouissement total.

C’est un challenge passionnant à relever et j’ai envie que les mamans me suivent dans cette aventure !

 

L’alimentation, chez la femme enceinte, c’est si différent que chez une personne lambda ?

Non ce n’est pas différent, tout le monde devrait manger comme une femme enceinte ! (rires) En fait, la femme enceinte, contrairement à une idée reçue, ne doit pas manger pour deux, elle ne doit même pas manger plus qu’habituellement sauf éventuellement à la fin de la grossesse où un en-cas supplémentaire peut s’avérer utile. En revanche, la future maman doit manger bien mieux car elle doit veiller à la fois au bon déroulement de sa grossesse et à la croissance de son bébé. Son organisme a donc des besoins accrus en nutriments auxquels elle pourra répondre en adoptant simplement une alimentation saine et variée. Ce que nous devrions tous faire ! En fait la grossesse est justement la bonne occasion de s’approprier de nouvelles habitudes alimentaires que l’on pourra ensuite transmettre à son bébé !

Mais il y a quand même une différence entre « la personne lambda » et la future maman : c’est que cette dernière doit être très vigilante quant aux règles d’hygiène afin d’éviter tout risque d’infection dangereuse pour le fœtus : bien se laver les mains, bien cuire la viande, le poisson, les fruits de mer et les œufs, choisir les fromages et crèmes au lait pasteurisé, éviter la charcuterie et, pour les futures mamans non immunisées contre la toxoplasmose, laver soigneusement les légumes, fruits et herbes aromatiques qui ont été en contact avec la terre. En outre, bien entendu, l’alcool et le tabac sont interdits.

 

 

Surveiller son alimentation pour la santé du bébé, cela peut vite devenir anxiogène. Auriez-vous quelques conseils élémentaires à confier aux mamans et aux futures mamans ?

En quelques mots, il faut garder en tête qu’il faut se nourrir trois à cinq fois par jour ; qu’un déjeuner ou un dîner devrait idéalement contenir des protéines animales ou végétales, des féculents, des légumes, un fruit, un apport en calcium, une cuillère d’huile crue en guise d’assaisonnement, de l’eau à volonté ; qu’il est préférable dans la mesure du possible de manger du fait maison cuisiné avec des aliments issus de l’agriculture biologique ; et enfin de varier son alimentation à chaque repas pour limiter les carences. Mais afin que surveiller son alimentation ne soit pas anxiogène, ce qui serait complètement improductif, il est tout aussi important de bien écouter son corps, de respecter son appétit et de se faire plaisir.

Pour finir, il ne faut pas non plus oublier que ce n’est pas parce que vous mangez moins sainement à un moment donné que votre bébé va en pâtir, il puisera dans les réserves de sa maman ! Ce qui importe c’est que bien manger devienne une habitude, qu’elle soit ancrée dans la durée et ceci, encore une fois, est valable pour tous !

 

Votre principal souvenir de grossesse, c’est quoi ?

La joie et la tendresse indescriptibles que l’on ressent lorsque l’on pose sa main sur son ventre et que bébé vient s’y lover.

 

La campagne #BBDIAC, c’est quoi pour vous en quelques mots ?

La grossesse, l’accouchement, la découverte de la vie de maman sont des moments uniques, magiques, hors du temps. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai eu envie de travailler auprès des futures et jeunes mamans ! La maman est dans un cocon et a envie d’y rester, même dans un environnement médicalisé. L’on y rencontre souvent des gens passionnés par leur métier (sage-femmes, médecins, infirmiers, etc.) seulement le manque de moyen, le manque de matériel, la vétusté des locaux ou bien encore le manque de personnel peuvent empêcher la maman de vivre sa grossesse et son accouchement comme elle l’aurait souhaité.

La campagne #BBDIAC pour moi c’est permettre à la maman d’être accompagnée au mieux dans son projet de naissance, dans le respect de ses choix et de ses envies, en mettant de côté autant que possible les actes médicalisés et en redonnant une place de choix au Papa !

 

 

Si une femme souhaite suivre vos cours, comment doit-elle faire ?

Si elle a la chance d’habiter à Aix en Provence, Marseille ou les environs (c’est un coin magnifique !), elle pourra venir me rencontrer, en consultation individuelle pour un suivi personnalisé ou lors d’un atelier de groupe pour un échange sur les bonnes habitudes alimentaires (saines et gourmandes !) à adopter lors de la grossesse, l’allaitement ou sa future vie de maman ! Pour celles qui ne peuvent pas se déplacer ou qui sont loin, je peux aussi réaliser des consultations par skype ou par téléphone. Dans tous les cas vous pouvez me contacter à nutritiondesmamans@gmail.com. Et pour toutes les autres il y a aussi mon blog (www.nutritiondesmamans.com) ou instagram

(@nutritiondesmamans) pour profiter de quelques conseils en ligne.

 

 

Note importante: Les conseils nutrition apportés par Caroline Zanger sont donnés à titre indicatif et restent des recommandations qui n’engagent que la responsabilité de Caroline Zanger.

Ils ne peuvent en aucun cas être assimilés à une recommandation officielle apportée par la Maternité des Diaconesses.

Un suivi nutritionnel complet doit passer par une consultation formelle.